IMG_2535 rog Suite à tous les articles parus dans la presse, j'ai demandé un droit de réponse que vous trouverez, ci-dessous, et qui a été adressé à l'Union le 15 février 2015.

Isabelle Vasseur : le mauvais exemple de l’UMP ! La « précieuse ridicule » qui a déjà fait passer le Front National en 2014 et tente, en 2015, de recommencer avec le même ridicule … à croire que ça ne tue pas !

Elle jette Ronchères, elle jette Fère-en-Tardenois, soi –disant pour se remettre en question et vient livrer combat sur un territoire qu’elle a déjà démoli lors des dernières municipales. Elle revient sur les sénatoriales à propos desquelles elle n’a rien compris. Je n’ai pas fait barrage à Madame VENET qui, si je ne m’abuse était sans étiquette. Une sans étiquette au Sénat n’existe pas. Et puis, si l’on revient aux élections de l’année dernière, Monsieur DAUDIGNY, Sénateur du Département, a été réélu avec brio et pourtant je n’étais pas présent ! Donc ça suffit, je ne suis ni coupable, ni responsable ! Voir les instances départementales !

Madame Vasseur, donneuse de leçons, lorsqu’elle est présente au Département, ce qui n’est pas souvent le cas (beaucoup plus assidue à l’approche des élections !), légifère au Département comme si elle était à l’Assemblée Nationale. Elle en rêve encore et depuis son dernier échec, elle se trompe sans cesse de cible. Je ne cherche jamais de polémiques avec qui que ce soit. J’ai toujours travaillé pour le bien être de tout un territoire sans mettre à l’écart les communes rurales.

Monsieur COULON dénonce ma candidature, me reprochant d’avoir fait élire Monsieur DAUDIGNY aux sénatoriales en 2008 et Monsieur Briffaut à la Mairie de Villers-Cotterêts en 2014. Totalement faux ! j’ai toujours battu Monsieur Briffaut dans les élections cantonales, mais il est vrai que si Madame Vasseur vient encore aider Monsieur Briffaut, il gagnera de nouveau !

Madame Vasseur parle d’une « épine dans le pied ». je ne suis pas une nouvelle candidature, je suis l’Élu habituel des Cotteréziens. C’est plutôt moi qui dois subir sa présence et ses agressions perpétuelles et pourtant je ne l’ai jamais attaquée. Pourquoi tant de haine ?

Quand à Monsieur COULON, je vais être obligé de le renvoyer dans ses quartiers et ce sera l’unique fois car je n’ai pas de temps à perdre. Il ne doit pas connaître le terme « mensonge ». Pourquoi raconter tant d’âneries alors qu’il n’y a eu ni contacts, ni tractations avec l’UMP. Il ne m’a jamais appelé ! De plus, comment peut-on prendre de leçons de celui qui n’a jamais été élu autrement que par la proportionnelle ? Même dans une petite commune rurale proche de Laon, il a été désavoué ! Doit-on en conclure, qu’ à chaque fois qu’un UMP veut se présenter, tout le monde doit se mettre à ses pieds ! et bien non ! J’ai le droit d’être, j’ai le droit de défendre les intérêts de Villers-Cotterêts et du Sud de l’Aisne !

Et quand une entreprise fonctionne bien, laissons-la entreprendre ce qu’elle a toujours fait et laissons là se développer encore.

Alors oui … Michel Laviolette fait confiance au nouveau Canton qu’il connait parfaitement bien, le pratiquant depuis 1970 au service de tous dans sa profession.

En conclusion, Madame Vasseur et Monsieur Coulon peuvent continuer à m’attaquer, je traiterais par l’indifférence comme je le fais depuis quelques temps. Et de grâce, tous deux, cessez la guéguerre ! Vous êtes hors sujet et ridicules ! La population n’aime pas ces combats stériles !

Michel Laviolette.