CHEVAL 36Pour la défense des centres équestres

Crédit : AFP

Le président de la fédération française d'équitation, Serge Lecomte, estime qu'une hausse de la TVA menacerait le secteur de l'équitation en France.

Cette hausse de 13% de la TVA aurait des conséquences dramatiques sur le monde de l'équitation en France.

Le risque :la fermeture des petits centres équestres

D’après le président de la fédération française d'équitation, Serge Lecomte, tient à rappeler que "l'équitation est le premier employeur sportif : 40.000 salariés et actifs, 8.500 établissements équestres affiliés à la fédération française". Or, une telle augmentation de TVA entraînerait la fermeture de 2.000 établissements et la fin de 6.000 emplois.

"Dilemme financier" pour les Français qui font de l'équitation
Pour le président de la fédération française d'équitation, "la France a réussi une démocratisation de l'équitation comme elle n'existe dans aucun autre pays d'Europe", ce qui explique que "l'équitation n'est pas un sport de riches" .

Défendons nos centres équestres régionaux : Villers-Cotterêts, Longpont, Corcy, Dampleux  ….. et tous les autres …. !

De plus, il existe un risque celui de voir finir les chevaux dans les abattoirs. Inadmissible !

 Le sport, c'est la santé publique", affirme enfin Serge Lecomte.

N’oublions pas l’équithérapie et le monde des handicapés pour qui le contact avec les chevaux fait des merveilles.