en avant première : l'édito !!!!

Le saviez-vous ? 

En 2001, lorsque je suis devenu Président de la Communauté de Communes, je suis arrivé dans des bureaux vides, loués, sans personnel administratif et surtout sans aucune possibilité d’accueillir des entreprises sur le territoire.

Tout simplement … mes prédécesseurs avaient oublié l’aménagement du territoire et son développement. Un exemple : j’ai reçu un industriel qui souhaitait s’installer à Villers-Cotterêts (extension BAXI). C’est ainsi que Je me suis retrouvé chez le notaire dans l’impossibilité de signer la vente des terrains : la Communauté de Communes avait la compétence « Aménagement du territoire – Zones économiques » mais n’en était pas propriétaire. A contrario, la Ville de Villers-Cotterêts possédait les terrains mais n’avait plus la compétence. Monsieur le Maire ne pouvait pas signer lui non plus. Nous avons donc acheté les zones industrielles et commerciales : Les Verriers 1 422 468 € et la Queue d’Oigny 407 144 €, ce qui permet d’annoncer la création des emplois qui vont se créer en ce moment. Nous avons également lancé une étude, réalisée par la Société D2H, afin d’exploiter les friches industrielles dans lesquelles nous avons construit l’Hôtel d’Entreprise (zone du silo et terrains de la gare -Chênois-).

 Avouez que c’est facile de dire « j’ai fait » quand ce sont les autres qui « ont fait » avant !

Depuis 2012, une extension de deux hectares a été programmée . Insuffisante à mon avis ! Villers-Cotterêts est appelé, tous les jours, à se développer : Où les nouvelles entreprises vont-elles s’implanter ? Il serait souhaitable d’anticiper. Un minimum de 30 hectares seraient souhaitables pour l’avenir.

L’emploi ne se travaille pas qu’au jour le jour ! L’emploi doit être une priorité ! 

En conclusion, il faut savoir que le Conseil Général est souvent sollicité par de nouvelles entreprises désirant s’implanter à Villers-Cotterêts. Le Canton n’est pas abandonné et c’est aussi au quotidien, également, que le Département apporte des aides aux industriels, aux commerçants, aux artisans (Aisne Développement, FIDARCO, FIDACOM, etc …).